le zéro déchet selon Béa Johnson (et moi-même)

Bonjour à tous,

Aujourd’hui je vais vous parler du mouvement zéro déchet, du livre de Béa Johnson qui a bien contribué à l’essor de ce mouvement et surtout, de ce que j’en pense.

Le zéro déchet est un concept apparu il y a quelques années déjà et consiste, comme son nom l’indique à changer son mode de vie pour ne plus produire de déchets.

Lorsque ce nouveau concept est apparu, j’étais jeune, mais je comprenais très bien en quoi ça consistait et quels étaient les enjeux. Pour m’y intéresser, j’ai donc tout d’abord regardé un documentaire et c’est la que j’ai connu Béa Johnson. J’ai donc après quelques temps voire même années acheté son livre. Ce concept de zéro déchet m’a tout de suite interpellé par plusieurs aspects. Tout d’abord, je me suis demandé comment cela était possible, puis je me suis dit que ça pouvait être une bonne chose de le mettre en place pour le bien-être de notre chère planète. Parallèlement, ce choix de vie résonnait en moi comme un défi. Et, oh que j’aime les défis…

Quand j’ai commencé à lire ce livre, j’ai très vite compris qu’il serait difficile pour moi de le lire en intégralité. C’est un livre qui s’articule un peu comme un guide et il n’est pas pertinent pour tout le monde de le lire en entier et dans l’ordre. Mais, pour ma part, j’avais besoin d’une vision d’ensemble. J’avais besoin de tout savoir avant de pouvoir me lancer et de m’en servir comme un guide.

Béa Johnson s’appuie sur 5 règles et les applique à l’ensemble des pièces de la maison. Elle donne des conseils, des idées, des exemples, des recettes. Mais le plus intéressant, c’est qu’elle s’appuie toujours sur ses choix à elle.

À l’âge où j’ai acheté ce livre, j’avais déjà mon appartement. Et, j’ai trouvé ce livre à la fois formidable et à la fois trop extrême. J’ai trouvé que certains de ses choix étaient trop. Puis, j’ai tout de même pris du recul et j’ai commencé ma transition. J’ai compris que son avis était important, mais il était adapté à elle seule. Et que pour ma part, il fallait que je fasse mes choix au fur et à mesure et que je trouve les solutions adaptées à MOI.

Aujourd’hui, je suis encore loin du zéro déchet, même si j’ai beaucoup réduis le nombre de mes poubelles. Je fais les choses à ma manière et ce livre reste près de moi car je le feuillette souvent pour voir ses idées, ses choix… On ne peut pas se calquer sur la vie de quelqu’un d’autre. On peut toujours s’en inspirer, mais il faut choisir ce qui est bon pour nous même avant tout.

Je suis toujours à la recherche de l’amélioration mais certains déchets et emballages sont toujours inévitables pour ma part. N’oublions jamais que chacun vis à sa manière, selon ses principes et se bat pour les causes qui lui tiennent à cœur. On ne peut forcer les gens à changer. Il faut seulement essayer d’être la meilleure personne possible et rester soi-même. C’est de cette manière qu’on peut aussi inspirer.

À bientôt,

Soph

 

PS : J’espère que cet article vous a plu. N’hésitez pas à aimer ou à laisser un commentaire avec votre avis à vous. N’hésitez pas à me donner des idées de thèmes à traiter. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s